TL;DR La ressource de type Application Web (ou App Service) avec le runtime Linux et Java SE permet de déployer rapidement une application Java Spring Boot dans le cloud Microsoft. Dans ce premier article, je décris comment créer et configurer une telle ressource.

L’application

Comme exemple, j’ai choisi La Recyclette, mon application utilisant la reconnaissance visuelle et la webcam du navigateur pour déterminer si un déchet peut être recyclé.

C’est une application Spring Boot 2 assez classique, avec le moteur de template Thymeleaf et une base de données en mémoire HSQLDB. Le code source est disponible sur github.com.

Créer l’hébergement sur Azure

Pour accueillir l’application, nous devons créer une ressource dans le portail Azure de type Application Web (ou App Service en anglais, ou encore Web App). Ce service permet d’héberger du code programmé dans une variété de langages et de frameworks, dont Java, pour un prix raisonnable.

Pour le reste de l’article, je suppose que vous êtes connectés au portail Azure et que vous avez une souscription (un abonnement) valide. L’abonnement gratuit ou l’abonnement d’essai suffisent.

En haut à droite du portail, sélectionner + Nouvelle Ressource et rechercher Application Web. A cette étape, il faut définir un groupe de ressources, le nom de l’instance, le runtime et le plan tarifaire.

Le groupe de ressources

La notion de groupe de ressources est générique. Elle permet de placer dans un même endroit des services qui, en théorie, travaillent ensemble. Il s’agit d’un groupement purement logique, qui permet de retrouver facilement ses applications et d’organiser sa souscription.

Autre avantage, la suppression du groupe de ressource est récursive et permet, en deux ou trois clics, de supprimer tout un ensemble de ressources dont on n’a plus besoin. C’est très pratique pour nettoyer son espace après des tests.

Le nom de l’instance

Le nom de l’instance applicative, en plus d’identifier votre application, définit le sous domaine ***.azurewebsites.net sous lequel elle sera exposée. Il doit par conséquent être unique et l’interface vérifie automatiquement que c’est bien le cas.

Vous pourrez ajouter un nom de domaine personnalisé ultérieurement, mais le nom de l’instance doit malgré tout être spécifique… et ce parmi toutes les Applications Web Azure.

Le runtime

Plusieurs piles de runtime sont disponibles pour les App Service. Elles se composent d’un système d’exploitation et d’un framework.

Puisque l’application Spring Boot d’exemple est packagée sous la forme d’un jar exécutable (c’est le cas par défaut), il faut choisir Linux et Java 11 > Java SE. Si elle avait été packagée comme un war, la possibilité d’utiliser un Tomcat managé est également offerte.

La pile de runtime peut être changée ultérieurement et à tout moment, donc pas de panique, cela pourra être ajusté après coup.

La région

Cette notion primordiale définit dans quel datacenter l’application va effectivement être installée.

Il faut ici faire un compromis. On a la possibilité de choisir un datacenter en Europe (voire en France) afin de bénéficier d’une meilleure latence réseau pour ses utilisateurs.

Dans les faits (et en fonction de la complexité de votre application), vous rencontrerez probablement d’autres goulots d’étranglement avant que ce ne soit la latence réseau liée à la région Azure qui ait un impact.

Les datacenters américains ont quant à eux l’avantage de recevoir les mises à jour logicielles en premier, ils bénéficient donc plus rapidement des nouvelles fonctionnalités du cloud Azure et on peut accéder plus facilement à toutes les versions bêta des différents services.

Mais indépendamment de ces considérations, vous devrez peut-être dans tous les cas choisir un datacenter en Europe, pour des problématiques réglementaires liées au RGPD (si vous traitez de données sensibles) ou propres au secteur d’activité.

Le plan tarifaire

C’est la combinaison d’une puissance de calcul donnée (CPU + RAM) avec le plan tarifaire associé. C’est là où vous pouvez définir le dimensionnement et évidemment le coût de votre run.

Il existe une grande variété de plans tarifaires, certains gratuits ou peu onéreux, d’autres super premium++ avec une capacité de calcul dédiée. Pour le développement, les offres gratuites ou basiques peuvent suffir.

Deux choses sont à noter cependant. Premièrement, certaines offres n’autorisent pas l’option Always On. Cela signifie que Azure peut choisir d’éteindre automatiquement votre application si aucun utilisateur n’y est connecté. C’est pratique pour faire des économies… mais plus pénalisant pour le premier utilisateur qui reviendra sur l’application, il subira un temps de redémarrage non négligeable (celui du conteneur + celui de Java + celui de Spring)

Deuxièmement, certaines fonctionnalités ne sont disponibles qu’à partir d’une certaine puissance de calcul, par exemple les noms de domaine personnalisés ou la mise à l’échelle automatique.

Mise à l’échelle

Quelque soit le plan selectionné, vous pouvez là aussi changer d’avis ultérieurement via le scaling horizontal et/ou vertical.

Le scaling vertical (ou Montée en puissance ou Scale Up en anglais) permet d’augmenter la puissance de calcul d’un App Service Plan.

Le scaling horizontal (ou Montée en charge ou _Scale Out en anglais) permet de répartir votre application (automatiquement ou non) sur plusieurs instances s’exécutant parallèle. Il faut bien sûr que votre code le supporte, sinon gare aux conflits et aux race conditions.

Conclusion

Après avoir choisi ces options, vous pouvez désormais cliquer sur Vérifier pour contrôler l’ensemble des paramètres, puis sur Créer pour lancer le provisioning du service. Cet étape peut prendre quelques secondes, une notification apparaîtra dans le portail lorsque tout sera prêt.

Dans un second article, je décrirai comment déployer automatiquement l’application dans cette nouvelle ressource.